vendredi 3 août 2012

Mes citronniers


J'avais prévu, faute d'avoir pour l'heure des choses intéressantes à dire au sujet du potager, de vous entretenir de mes citronniers. Mais cet imprévisible Ernesto (voir billet précédent) a bouleversé mon programme.
Donc j'ai deux citronniers dans mon jardin: un appelé Lime de Tahiti donnant des fruits  communément appelés en France et au Canada citrons verts, l'autre que nous appelons petit citron local et qui est la Lime du Mexique. Ce dernier donne des fruits deux à trois fois plus petits que la lime de Tahiti, en contre partie il est beaucoup plus parfumé. Ses petits citrons, ronds comme des billes, sont un des ingrédients indispensables pour le punch martiniquais qui développe un arôme incomparable quand il est fait dans les règles de l'art. Je vous mets une photo de limes de Tahiti. Pour les petits citrons dits locaux  ce sera pour plus tard car mon citronnier qui était âgé de plus de douze ans a été terrassé par DEAN et son nouveau remplaçant ne fait que cinquante cm.

Mais revenons à la confection de notre punch. Il vous faut tout d'abord du bon rhum blanc, c'est à dire du rhum blanc agricole de Martinique, d'appellation contrôlée, pas de ces rhums industriels dont je tairai les noms et qui servent à faire des cocktails dans les hôtels "all inclusive". En plus du rhum il faut du sucre de canne roux ou du sirop fait avec ce même sucre. Là deux écoles s'opposent, certains préfèrent le sucre, d'autres le sirop pour confectionner leur punch, moi je suis plutôt sucre. Enfin le troisième élément est notre fameux petit citron vert local.
Comment procéder? Mettre au fond d'un petit verre une petite cuillerée de sucre, ou deux petites cuillerées de sirop, par dessus verser un trait de rhum,et enfin couper une petite joue de votre citron. Cette petite joue doit être à peine pressée  car il s'agit de parfumer le rhum et non de le casser avec du jus de citron. J'ai même vu dans mon enfance certains puristes amis de mon grand père se contenter de racler l'écorce du citron avec une petite cuillère et parfumer ainsi leur punch sans avoir l'acidité du jus.
Les anciens après avoir mélangé les ingrédients dans le verre buvait leur punch sans
glaçon et tout de suite après la dernière gorgée se faisaient servir de l'eau dans le même verre pour tuer le feu de leur punch qu'ils prenaient très peu sucré .
Limes de Tahiti
Les buveurs modernes y mettent des glaçons et le sirotent. Vous verrez à l'expérience que chacun concocte son punch avec plus ou moins de sucre ou de rhum, ajustant sa vigueur à son goût.  Pour vous qui me lisez de loin, à ma connaissance le petit citron vert local n'étant pas exporté, il ne vous reste plus qu'à venir passer un séjour en Martinique pour découvrir l'authentique cérémonie du punch entre amis, parfumée , joyeuse et conviviale.

8 commentaires:

  1. La lime du Mexique est elle la même que la fameuse key lime de Floride. Je pense que oui mais toi qu'en penses tu?

    RépondreSupprimer
  2. Tu as raison ce sont des Citrus aurantifolia. Cette lime été introduite en Haîti en 1520 par les espagnols puis s'est parfaitement adapté dans l'ensemble du bassin caribéen.
    la lime de tahiti serait un hybride issu de la lime mexicaine. (Il faudra que tu fasses la" Key Lemon Pie ")

    source A. Ternisien in UN JARDIN TROPICAL

    RépondreSupprimer
  3. Je n'arrivais pas à boire une gorgée de ti punch avant mon voyage en Guadeloupe... Maintenant ca passe tout seul! lol

    RépondreSupprimer
  4. Le punch avec ou sans glaçons, éternel débat qui anime encore les soirées parisiennes entre guadeloupéens et martiniquais et fait rage sur Facebook, où beaucoup de martiniquais de la jeune génération marquent leur désapprobation.
    Pour ma part le punch avec glaçon est une hérésie et n'est surtout pas de tradition martiniquaise. Même s'il ya un ou deux individus qui le prennent avec glaçons, ce ne sont pas alors de vrais amateurs de punch, je n'ai pas souvenir, lors de mon dernier séjour en février 2012, d'avoir vu de martiniquais boire leur punch avec des glaçons. Et Dieu sait si j'en ai des copains amateurs de rhum !
    Je me souviens n'avoir jamais vu mon grand-père, gérant de la distillerie Saint-James, boire son punch avec glaçons, ni aucun de ses convives d'ailleurs.

    Moi qui suis né sur l'habitation Sain-James, je bois mon Neisson sans sans glaçons !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait exact ,du temps de nos Anciens il n' y avait ni frigo ni machine à glaçons et les femmes en général ne buvaient pas. Le punch qui s'appelait alors un feu était une boisson de "mec".

      Aujourd'hui, beaucoup, hommes comme femmes, se sont mis au punch avec glaçons surtout à la plage. Serait-ce l'influence des mojitos et autres caïpirinas maintenant que les martiniquais voyagent beaucoup?

      Enfin! "mon bon monsieur les traditions se perdent".

      Supprimer
  5. Ah les Anciens contre les Modernes autour d'un punch...Et si on mettait la bouteille de rhum au frigo???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le rhum ce n'est pas de la vodka !

      Supprimer
  6. J'ai acheté la semaine dernière un petit plan de citronnier péyi à Baobab, d'à peut près 30cm, ça pousse vite ou non?

    RépondreSupprimer